Lettre ouverte des chercheurs américains en sciences marines au 116e Congrès Au sujet des Aires marines protégées

, par  Sustainable Fischeries

Concernant :
Aires marines protégées - Titre II de l’Ocean-Based Climate Solutions Act (H.R.8632)
10 décembre 2020. Version anglaise ci-dessous

Le One planet Summit de Paris propose de mettre en AMP 30% des ZEE, pourquoi pas, tout dépend comment et avec qui ? En réalité, ce qui se profile c’est la mise en réserve intégrale de ces zones comme on le voit aux Etats-Unis. Derrière ce projet on voit déjà s’agiter ceux qui proposent d’aller jusqu’à 50% sans compter ceux qui veulent bannir toute pêche…

Chers Sénateurs et Représentants :

En tant que scientifiques engagés dans la fourniture d’informations pour soutenir les pêcheries gérées au niveau fédéral, nous sommes préoccupés par le fait que le titre II de la proposition de loi sur les solutions climatiques basées sur les océans (H.R.8632), qui exigerait la création d’aires marines protégées interdisant toute activité de pêche commerciale dans 30 % des eaux océaniques américaines d’ici 2030, ne repose pas sur les meilleures informations scientifiques disponibles et ne serait pas le moyen le plus efficace de protéger la biodiversité marine.
La conservation des écosystèmes marins dans les eaux américaines est mise à l’épreuve par l’évolution rapide du climat, mais les zones marines protégées proposées ne résoudront pas les problèmes de biodiversité liés au climat, elles réduiront plutôt la flexibilité du système de gestion de la pêche pour s’adapter au changement climatique. L’impact le plus significatif des zones marines protégées est un déplacement spatial de la pêche, qui est en fait une action de gestion de la pêche. La biodiversité marine est protégée par les mandats de la loi Magnuson-Stevens sur la conservation et la gestion des pêcheries, de la loi sur les espèces menacées, de la loi sur la protection des mammifères marins et d’autres lois. La mise en œuvre de ces exigences en ce qui concerne les impacts de la pêche se fait par le biais du système des conseils régionaux de gestion des pêches afin de protéger les espèces cibles, les prises accessoires, les espèces protégées, les composantes de l’écosystème, l’habitat essentiel pour les poissons et d’autres habitats sensibles.

Bien que plusieurs stocks de poissons américains aient été surexploités, les pêcheries sont très réglementées pour éviter la surpêche et reconstituer les stocks avec une approche de précaution. Une grande partie des eaux américaines est actuellement fermée à la pêche, que ce soit de manière saisonnière ou annuelle. Le changement climatique aux États-Unis a eu pour effet principal de modifier la répartition spatiale, généralement vers le nord et vers des habitats plus profonds. De nombreuses pêcheries sont suffisamment flexibles pour s’adapter à ces changements, mais l’extension proposée des zones marines protégées permanentes interdirait de nombreuses réactions d’adaptation au changement climatique. D’après nos expériences et nos études de cas, les zones marines protégées qui ne sont pas fondées sur les meilleures informations scientifiques disponibles, comme l’objectif non motivé de restreindre la pêche commerciale dans 30 % des eaux américaines, auront des conséquences imprévues telles que l’augmentation des prises accessoires et la destruction des habitats en déplaçant l’effort de pêche.

À titre d’exemple, après plus d’une décennie d’analyses scientifiques, le Conseil de gestion des pêches de la Nouvelle-Angleterre a récemment procédé à une nouvelle désignation des habitats essentiels des poissons pour les 28 espèces gérées par le Conseil, a désigné de nouvelles zones d’habitat particulièrement importantes, a révisé les zones de gestion des habitats et des poissons démersaux, et a désigné des zones de gestion des coraux d’eau profonde et des restrictions concernant les engins de pêche. Nous affirmons que ces zones de gestion sont basées sur les meilleures informations scientifiques disponibles, comme l’exige la loi Magnuson-Stevens sur la conservation et la gestion des pêcheries. En revanche, nous craignons que la création de nouvelles zones marines protégées pour atteindre l’objectif arbitraire de 30 % énoncé au titre II de la loi sur les solutions climatiques basées sur les océans ne soit pas fondée sur les meilleures informations scientifiques disponibles, qu’elle ait des conséquences négatives imprévues et qu’elle réduise la capacité des pêcheries américaines à s’adapter au changement climatique.

Le titre II de la loi sur les solutions climatiques basées sur les océans (Ocean-Based Climate Solutions Act) repose sur l’idée que la biodiversité marine dans la ZEE américaine est en déclin, mais ne fournit aucune preuve que cela est le cas. Il est bien établi que les stocks de poissons américains ciblés se reconstituent et sont en moyenne supérieurs aux niveaux cibles. Une grande partie de l’habitat et des écosystèmes benthiques est déjà protégée dans toute la ZEE américaine, et les espèces non ciblées dont la conservation est préoccupante sont régies par d’autres lois, notamment la loi sur les espèces menacées d’extinction (Endangered Species Act). Le titre II ne fournit aucune preuve que la biodiversité sera accrue par la création de nouvelles AMP et ne fournit aucun paramètre permettant d’évaluer l’impact de ces nouvelles AMP.

Les soussignés sont tous des chercheurs en sciences marines qui ont participé à la formulation de conseils à l’intention du gouvernement fédéral ou des gouvernements des États sur la gestion de la biodiversité marine. Parmi ces scientifiques figurent d’anciens employés de la NOAA, d’anciens membres des comités des scientifiques et statistiques des conseils de gestion des pêches, dont deux présidents de ces comités, un directeur d’un centre régional du NMFS, le rédacteur en chef d’une importante revue de sciences marines et des membres de groupes consultatifs gouvernementaux, dont le Conseil des études océaniques du Conseil national de la recherche.
Judith R. Amesbury : Micronesian Archaeological Research Services, Guam
David Bethoney : Commercial Fisheries Research Foundation
Debra T. Cabrera : University of Guam
Steven X. Cadrin : University of Massachusetts
Paul Callaghan : University of Guam
Yong Chen : University of Maine
Charles Daxboeck : Biodax Consulting
David Fluharty : University of Washington
Daniel Georgianna : University of Massachusetts Dartmouth
David Itano : Opah Consulting
Brad Harris : Alaska Pacific University
Ray Hilborn : University of Washington
Pierre Kleiber : NOAA retired
Olaf Jensen : University of Wisconsin
Bill Karp : NOAA retired
Kai Lorenzen : University of Florida
Franz Mueter : University of Alaska
Robert D. Murphy : Alaska Pacific University
Catherine E. O’Keefe : Fishery Applications Consulting Team
Richard Parrish : NOAA retired
Eric N. Powell : University of Southern Mississippi
Craig Severance : University of Hawaii Hilo
John Sibert : University of Hawaii (retired)
Robert Skillman : NOAA retired
Kevin Stokesbury : University of Massachusetts Dartmouth
Robert Trumble : MRAG America (retired)
Vidar G. Wespestad : NOAA retired
Michael Wilberg : University of Maryland Center for Environmental Science
Affiliations are listed for identification purposes only and do not imply institutional support for the views expressed.

Version anglaise

An Open Letter to the 116th Congress from U.S. Marine Scientists

Concerning :
Marine Protected Areas - Title II of the Ocean-Based Climate Solutions Act (H.R.8632)
December 10, 2020

Dear Senators and Representatives :

As scientists engaged in the provision of information to support federally managed fisheries, we are concerned that Title II of the proposed Ocean-Based Climate Solutions Act (H.R.8632), which would require the establishment of marine protected areas that ban all commercial fishing activity in 30% of U.S. ocean waters by 2030, is not based on the best scientific information available and would not be the most effective way to protect marine biodiversity. Conservation of marine ecosystems in the U.S. waters is challenged by a rapidly changing climate, but the proposed marine protected areas will not solve climate-related impacts on biodiversity, instead they will decrease flexibility of the fishery management system to adapt to climate change. The most significant impact of marine protected areas is a spatial shift in fishing, which is effectively a fisheries management action. Marine biodiversity is protected by the mandates of the Magnuson-Stevens Fishery Conservation and Management Act, the Endangered Species Act, the Marine Mammal Protection Act, and other legislation. The implementation of those requirements with respect to fisheries impacts is through the regional Fisheries Management Council system to protect target species, bycatch species, protected species, ecosystem components, essential fish habitat and other sensitive habitats.
Although several U.S. fish stocks have been overfished, the fisheries are highly regulated to avoid overfishing and rebuild stocks with a precautionary approach. A large portion of U.S. waters are currently closed to fishing, either seasonally or year-round. A prevalent impact of climate change in the U.S. has been shifting spatial distributions, generally northerly and to deeper habitats. Many fisheries are flexible enough to adapt to such shifts, but the proposed extension of permanent marine protected areas would prohibit many adaptive responses to climate change. Based on our experiences and case studies, marine protected areas that are not based on the best scientific information available, such as the uninformed target of restricting commercial fishing in 30% of U.S. waters, will have unanticipated consequences such as increased bycatch and habitat destruction by shifting the location of fishing effort.
As an example, after over a decade of scientific analysis, the New England Fishery Management Council recently re-designated essential fish habitat for all 28 Council managed species, designated new habitat areas of particular concern, revised habitat and groundfish management areas, and designated deep-sea coral management zones and fishing gear restrictions. We affirm that these management areas are based on the best scientific information available, as required in the Magnuson-Stevens Fishery Conservation and Management Act. By contrast, we are concerned that establishing new marine protected areas to meet the arbitrary 30% objective stated in Title II of the Ocean-Based Climate Solutions Act will not be based on the best scientific information available, will have negative unanticipated consequences, and will decrease the ability of U.S. fisheries to adapt to a changing climate.
Title II of the Ocean-Based Climate Solutions Act is predicated on a view that marine biodiversity in the U.S. EEZ is decreasing but provides no evidence that this is true. It is well established that targeted U.S. fish stocks are rebuilding and on average above target levels. A high proportion of benthic habitat and benthic ecosystems are already protected throughout the U.S. EEZ, and the non-target species of conservation concern are governed by other legislation, including the Endangered Species Act. Title II provides no evidence that biodiversity will be increased by more MPAs and provides no metrics for how the impact of additional MPAs would be evaluated.

Voir en ligne : https://sustainablefisheries-uw.org...

Navigation